Polémiques comparatistes

ll est évidemment prématuré de faire le bilan du Covid-19, et les polémiques « comparatistes » entre la France et d’autres Etats n’apporteront rien pour sortir de la crise actuelle. L’obsession « allemande » de la France, particulièrement marquée en Alsace, est ancrée dans l’histoire. Elle est souvent instrumentalisée, notamment par les milieux national-populistes, à des fins politiques. Ce débat est inutile et même dangereux pour l’Europe !

Les affrontements idéologiques autour des « narratifs » ont déjà commencé sur les réseaux sociaux; ils vont s’intensifier dans les prochains mois. Pour l’Alsace, durement frappée par le virus, l’introspection ne suffira pas – en 2021, la mise en place de la CeA offre des opportunités nouvelles. Comme l’a dit le président de la République, « rien ne sera plus comme avant » !

Aujourd’hui, il n’y a pas encore de réponses, mais certaines questions doivent et peuvent être posées :

– faut-il conserver ou abolir le système des Agences régionales de Santé ?
– quel rôle doivent jouer les collectivités territoriales (et notamment la future Collectivité européenne d’Alsace) en matière de santé publique et d’équipements hospitaliers et sociaux et médicaux ?
– faut-il des normes européennes et, plus généralement, une compétence de l’UE pour la santé publique et la lutte contre les pandémies ?
– dans ce contexte, faut-il réformer la fonction publique hospitalière (FPH) ?
– quelles conséquences faut-il tirer de la crise pour notre société ?

Mais, pour l’heure, deux remarques s’imposent :

– la stratégie de nos voisins directs ou plus éloignés (l’Autriche, par exemple) doit nous inspirer pour relever les défis qui s’annoncent à l’horizon dans le domaine sanitaire, qui est un élément de la souveraineté européenne prônée par le chef de l’Etat
– l’Alsace peut imaginer une organisation de la santé publique, de la maternité à la maison de retraite, qui répond mieux aux besoins de ses habitants qu’un modèle « jacobin », valable de Lille à Guéret et de Biarritz à Sedan.

Ce travail de réflexion est indispensable, et le confinement nous y invite.