Mois: décembre 2016

Les travaux d’Hercule

herculepar Pierre Kretz, écrivain, 21 décembre 2016

Peut-être avez-vous réagi comme moi à la lecture des articles consacrés dans les deux quotidiens régionaux à la séance du Conseil régional du Grand Est de la mi-décembre 2016 consacrée au budget 2017 : agacement, fatigue à lire encore et toujours les mêmes formules creuses, parfaites illustrations du divorce entre les citoyens et les élus dans notre région comme dans tout le pays.

Premier constat à partir d’un verbatim trié par les journalistes qui ont couvert la séance : ce n’est pas l’humilité qui étouffe le président du Grand Est. Ce champion inégalable en retournement de veste se transforme carrément en professeur ès morale politique : « Faire de la politique autrement c’est cela et ni les petites phrases ni l’écume ». Même pas peur !

Il faut donc que les générations à venir retiennent bien là les bases éthiques posées par celui qui «  contribue à écrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays. » : d’abord retourner sa veste, ensuite parler parler parler. Parler encore et toujours. Parler comme si les discours sans fin permettaient d’étouffer la forfaiture. Parler et s’écouter parler jusqu’à en avoir le vertige. Parler au risque de saouler littéralement tout le monde. Et surtout ne pas craindre de débiter toujours les mêmes slogans, les mêmes bouts de phrases qui se veulent assassines. Et ne pas hésiter à donner des leçons de morale politique tous azimuts !

Et ne pas craindre les formules hugoliennes : «  Le travail accompli est énorme. Gigantesque. » Pas de doute, c’est Hercule en personne qui se trouve à la tête du Grand Est ! Et chacun pourra imaginer en fond d’écran des bulldozers qui avancent de front, suivis de très près par autant de rouleaux compresseurs.

Et puis, chose difficile à croire, notre Hercule de la démocratie  « …décèle sur le terrain une acceptation plus grande ». Difficile de savoir sur quel terrain il décèle cette pépite qui lui permettrait de dormir enfin tranquille. Peut-être sur le terrain de jeu des quantités de larbins qui l’entourent ? En tout cas, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais on ne le voit plus du tout en Alsace. Il s’y faisait chahuter à chaque fois qu’il y apparaissait officiellement, jusqu’aux réunions des militants de son propre parti.

Son lieutenant Jean Rottner, expert lui aussi en retournement de veste a également le sens des formules que je mets en bonne place dans ma collection de phrases-types en langue de bois. Pour lui «  Le Grand Est commence à faire sens ». Si ça commence seulement, on peut considérer que jusqu’à présent, pour lui, «  ça ne le faisait pas ». Ou alors ai-je mal compris ?

Moi je suis surtout frappé par l’incroyable orgueil, voire la mégalomanie que révèlent ce genre de propos : ainsi donc, par ce que pour Monsieur Rottner la stupidité grandestienne  « commence à faire sens » il faudrait qu’il en soit de même pour nous tous, alors que jour après jour nous constatons que ce projet est le plus absurde jamais conçu en termes d’aménagement du territoire et de démocratie locale ?

Mais qu’on se le dise une fois pour toutes : le Grand Est est   « un outil au service de la démocratie locale.» Parole de Philippe Richert, grand maître ès démocratie locale lors de cette même séance.
Tiens, ça me donne une idée. Pourquoi ne pas faire un test de démocratie locale grandeur nature, sous forme de référendum, pour savoir si les Alsaciens sont effectivement dans une «  plus grande acceptation » de l’ineptie grandestienne ?

Chiche ? Ce serait «  énôôôrme…gigantesque…. », non ?

Publicités