Mois: février 2018

Que l’Alsace vive !

Par André Walgenwitz – Président du cercle saint Thiébaut – Thann, qui s’exprime en son nom personnel. 11 février 2018.


« L’Alsace n’existe plus » a déclaré François Hollande au mois d’avril 2016. Il avait raison. L’Alsace n’existe plus…

Certains pensent que ce n’est pas grave car personne, disent-ils, ne nous empêchera de manger de la choucroute. D’autres pensent que c’est un progrès bénéfique car nous serons des grands-estiens rhénans qui participeront à un développement onirique de la France de l’est. D’autres ne s’en sont pas encore rendu compte et sont indifférents.

Mais il en est d’autres, heureusement, qui se battent pour que l’Alsace « nous soit rendue », pour que l’Alsace re-existe à nouveau. Mais sur quelles bases ? Voilà la question fondamentale !

Des bases géographiques ? La notion de Ell-sasser (Les résidents des bords de l’Ill) est un peu vague. Des bases historiques ? Le professeur Georges Bischoff affirme de son côté qu’« Il n’y a pas d’unité du peuple alsacien, le peuple alsacien je ne sais pas ce que cela veut dire. » ; et il a entièrement raison également.

Prenons pour cela l’exemple thannois. Nous avons été à ce jour plus longtemps autrichiens que français (324 ans autrichiens tout comme les belfortains et français pendant 318 ans) alors que les gens de Bitschwiller (village voisin) n’ont jamais été autrichiens et que les mulhousiens ont été suisses. Or les belfortains pensent-ils être alsaciens et les Bitschwillerois ou les mulhousiens moins alsaciens que les thannois ?

Certainement pas ! On voit que l’histoire ne peut pas être invoquée, Bischoff a raison, Ce n’est pas dans la notion de peuple qu’il faut chercher ce qui fait Alsace. Nous ne sommes pas des Corses, nous sommes en Alsace, au centre de l’Europe, dans un espace naturellement, culturellement, linguistiquement ouvert sur l’espace rhénan.

Alors, qu’est ce qui fait Alsace ? A cette problématique aux multiples facettes, je ne développerai qu’un seul point, à savoir celui du cadre institutionnel.

Ce qui fait Alsace, c’est son cadre juridique ou administratif dans lequel elle se définit. C’est le cadre institutionnel dans lequel on peut se reconnaître et être reconnu. Que ce fut sous forme de Province à partir de la fin du 17eme siècle, ou sous forme de Land à partir de 1871, ou sous forme de Région Alsace dans un passé récent. Or à ce jour nous n’avons plus rien de tout cela ! « L’Alsace n’existe plus ». Hélas !

Et si rien n’est fait, elle n’existera plus jamais ; sauf dans le souvenir de ceux qui seront qualifiés de vieux rétrogrades par de fringants incultes du haut de leur arrogante posture !

Actuellement nous ne pouvons plus nous reconnaître nulle part. Par une supercherie machiavélique, nous avons été littéralement et politiquement grandestinisés ! Par conséquent, ce qui est primordial maintenant, c’est de recréer une structure, un cadre, une réalité institutionnelle qui permette à l’Alsace de reéxister. Non pas « un machin » ou un truc vague, mais une structure avec de réelles compétences qui iraient bien au-delà de l’art de la culture du géranium.

Cela relève donc de la volonté des alsaciens. De notre volonté. De la volonté de nos responsables politiques. Et de notre prise de conscience de la gravité actuelle.

De grandes voix vont dans ce sens, merci à elles. Je pense particulièrement à notre Brigitte départementale : bravo Mme Klinkert ! Cela relève d’un projet que nous devons mener avec force, avec obstination et avec urgence. S’Hisla brennt !

Il faut réagir avec vigueur et en premier faire taire les gens qui prononcent les
insanités comme la suivante :

« Une région dans la France d’aujourd’hui, ce n’est pas une province d’Ancien régime, avec de grands féodaux veillant jalousement sur leurs frontières et des territoires claquemurés dans leurs certitudes et leurs limites.

Croire en un Grand Est performant, efficace, qui permette à l’Alsace, à la Champagne et à la Lorraine de réaliser aujourd’hui ensemble ce qu’hier elles n’auraient pas pu faire séparément.

Offrir à tous les territoires un bouquet de services techniques, notamment en matière de développement économique ». Jean Rottner – Metz (20 janvier 2018)

Si notre Alsace existait, serions-nous une province refermée sur elle-même avec des grands seigneurs veillant jalousement sur leurs prérogatives ? NON M. Rottner !

Si notre Alsace existait serions-nous empêchés de réaliser avec les régions voisines des « choses » en commun dont nous fument hier empêchés ? NON M. Rottner !

Si notre Alsace existait serions-nous privés du « bouquet de services » des territoires en matière de développement économique ? NON M. Rottner !

Les propos de M. Rottner sont des propos creux, falacieux, qui ne sont que de petits épouvantails dont les arguments n’ont aucune réalité. Des vacuités dignes des sophistes les plus manipulateurs. Des brèves de tribune, comme d’autres tiennent des brèves de comptoir !

Au contraire, si l’Alsace existait, elle serait au centre d’un formidable dynamisme entre des régions qui pourraient créer en synergie ce fameux développement économique dont il est question dans la diatribe de M. Rottner. Tout le monde est d’accord pour que ce développement se fasse avec les régions d’outre Vosges, les régions rhodaniennes du sud ainsi qu’avec les régions d’outre Rhin.

Dans une telle situation, personne, même parmi les esprits les plus rétrogrades et les plus étriqués ne penserait à être un de ces « féodaux qui veilleraient sur ses frontières », comme le prétend M. Rottner. Mais quelle ineptie !

L’Alsace doit redevenir une réalité réelle, forte, reconnaissable et reconnue, non seulement pour que nous ne restions pas cantonnés dans la situation de grandestiens rhénans, mais pour faire entrer notre région Alsace recrée, rebâtie, reconnue dans le concert des dynamismes européens, comme elle le fut par le passé, dynamismes européens et rhénans dont la construction de notre exceptionnelle collégiale de Thann est le plus bel exemple de l’expression du génie transfrontalier rhénan qui s’est exprimé il y a plus de 500 ans. Bâtissons la nouvelle Alsace avec la même ferveur que ceux qui ont construit notre collégiale !

Voilà où se situe notre chantier. Voilà où se situe notre responsabilité. Voilà pourquoi il faut des discours alternatifs à celui de M. Rottner. Que l’Alsace vive !

Verklemmi ! Fer’s Elsàss unser Landel !

Publicités