Mois: février 2017

TER Grand Est : l’art du trompe-l’oeil

par Jean-Philippe Atzenhoffer, docteur en sciences économiques de l’Université de Strasbourg, 24 février 2017.
ter-alsace

La disparition de la région Alsace au profit du Grand Est a été justifiée par le gouvernement par les économies qu’elle allait générer. Mais, contrairement à cette affirmation, diverses analyses pointaient au contraire les inévitables surcouts liés à la fusion des régions.

Face à cette remise en cause de la pertinence du périmètre régional, Philippe Richert, après l’avoir pourtant combattu, tente maintenant de le justifier à travers l’argument suivant : la région Grand Est serait efficace car « tous les jours, 200 trains supplémentaires circulent dans le Grand Est depuis que nous avons signé et voté la convention TER sans que cela ne coûte plus cher. Sans le Grand Est, cela n’aurait pas été possible » (La Semaine, 27/12/2016). Ainsi, grâce à la fusion, il serait possible de faire circuler plus de trains pour le même coût.

Attribuer au Grand Est ce gain d’efficacité revient à supposer que la mise en circulation de ces trains supplémentaires n’aurait pas été réalisée en gardant les anciennes régions. Ce message a été systématiquement relayé dans différents médias par Philippe Richert ces dernières semaines.

Le problème, c’est que cet argument est pour le moins douteux, pour ne pas dire trompeur.

Des gains liés au cadencement

Comment est-il possible de faire circuler 200 trains de plus pour un coût identique ? Selon un communiqué de la région du 19 décembre 2016, « Le Grand Est et SNCF Mobilités consolident ainsi leur engagement pour 8 années supplémentaires afin de favoriser la mobilité des usagers des transports ferroviaires, et vont faire circuler 200 trains de plus chaque jour à coût constant en 2017, grâce au cadencement du réseau, mis en oeuvre ou amélioré successivement en Lorraine, sur le triangle marnais (Reims, Châlons-en-Champagne, Epernay) et sur le TER 200 en Alsace ». Ainsi, le gain d’efficacité vient de la mise en place du cadencement.

Le cadencement consiste à faire circuler des trains de manière régulière tout au long de la journée. Sur une ligne cela signifie que les trains se succèdent à intervalle fixe, par exemple toutes les heures, ou toutes les demi-heures. À l’image d’un tapis roulant, à chaque train correspond un train en miroir qui circule dans l’autre sens.

Selon Jaques Weill, responsable régional de SNCF mobilité, Le cadencement permet une meilleure organisation et de meilleures rotations qui se traduit par 23% de trains supplémentaires en Lorraines (l’Est Républicain, 14/09/2016). C’est à dire une centaine de trains supplémentaires pour la seule région Lorraine.

Mais est-il vraiment nécessaire de fusionner les régions à l’échelle du Grand Est pour mettre en place le cadencement, comme l’affirme Philippe Richert ?

Il n’en est rien. L’introduction du cadencement ne dépend aucunement de la taille de la région, étant donné qu’il peut se décider pour chaque ligne séparément. Il n’y a donc aucune utilité à avoir une grande région pour le mettre en place. Le Luxembourg, pourtant près de quatre fois plus petit que l’Alsace en superficie et en population, a adopté le cadencement des trains depuis presque vingt ans, en 1998.

En réalité, le cadencement réalisé en Lorraine ne vient pas d’une décision du Grand Est. C’est un projet initié par la région Lorraine depuis 2013, bien avant la fusion des régions. Ainsi, le Grand Est s’approprie un gain qui vient d’une décision antérieure à sa création, ce qui n’empêche pas son président d’affirmer que cela n’aurait pas été possible sans le Grand Est. Mais de qui se moque-t-on ?

Par conséquent, les supposées économies réalisées sur les trains ne constituent en rien une preuve de l’efficacité du Gand Est, puisqu’elles auraient de toute façon été réalisées en conservant les régions historiques. Pourtant, il s’agit de l’unique argument avancé à ce jour pour justifier le Grand Est.

Mais où sont les économies ?

Si le Grand Est voulait vraiment justifier des économies réalisées, c’est sur les dépenses effectivement comptabilisées qu’il faudrait regarder. Les régions doivent en effet publier une comptabilité selon des normes comptables particulières (dénommée M71). On y retrouve notamment les dépenses liées au fonctionnement des élus et du personnel, telles que les rémunérations, les frais de déplacement, les frais d’hébergement, etc.

Philippe Richert a récemment déclaré : « Il m’arrive de faire 1 000 kilomètres en une journée » (La Semaine, 27/12/2016). Sachant que les indemnités kilométriques sont de 25 à 35 centimes par kilomètre pour les déplacements des élus régionaux, cela donne environ 300 euros en une seule journée pour son président. Voici des frais directement liés au nouveau périmètre régional objectivement mesurables. Et effectivement, dans ce cas, on peut dire que sans le Grand Est, cela n’aurait pas été possible.

Il est intéressant de constater qu’au niveau de ces coûts de fonctionnement, le Grand Est semble beaucoup moins enclin à communiquer. Pourtant, c’est sur ces éléments précis que le Grand Est était censé générer des économies. Mais à ce niveau, pour le moment, c’est silence radio.

Publicités

L’Alsace disparaît des livres scolaires, et bien plus encore !

Club Perspectives Alsaciennes, le 6 février 2017.

histoiregeo-hachetteSelon les DNA de ce jour, la nouvelle édition du manuel scolaire d’histoire-géographie de Hachette fait disparaître l’Alsace des cartes. La carte des nouvelles régions administratives (page 240) ne fait désormais plus mention de l’Alsace, ce qui était prévisible. Mais l’Alsace disparaît également de la carte des reliefs du pays (page 241), qui mentionne pourtant encore les Vosges et la Lorraine.

A long terme, cette tendance est dangereuse. Déjà aujourd’hui, les jeunes qui sortent du lycée ont une très mauvaise connaissance de la géographie et de l’histoire de l’Alsace, c’est à dire sa dimension rhénane, au contact direct de l’Allemagne et de la Suisse. De nombreux jeunes alsaciens ne savent même pas ce que signifie le terme  »Pays de Bade », leur connaissance du voisinage de l’Alsace se limitant souvent à Europapark. Ceci est la conséquence de l’inadéquation totale des programmes scolaires pour l’Alsace.

L’effacement de l’Alsace des programmes scolaires résonne avec d’autres mesures prises par la région Grand Est. Depuis le 1 janvier 2017, les plaques d’immatriculation sont estampillées Grand Est, les annonces dans les trains TER ont substitué le terme Alsace par Grand Est. Les exemples de ce remplacement sont déjà nombreux.

A long terme, l’effacement de l’Alsace programmée par le Grand Est est dangereux. Contrairement à ceux qui disaient qu’il s’agissait d’une réforme purement administrative, qui ne changerait rien à l’identité et au quotidien des gens, il s’agit bien d’une tentative d’imposer une nouvelle identité. Pour 2017, le Grand Est souhaite  »donner corps à une politique mémorielle qui puisse s’appliquer sur l’ensemble du territoire régional », à travers un Comité d’Histoire Régionale du Grand Est (rapport 16SP-3225 de la Commission Culture du Grand Est).

En créant de toute pièce une histoire régionale Grand Est, c’est bien une nouvelle identité GrandEstienne qu’on tentera de nous imposer. En effaçant l’Alsace partout où c’est possible, petit à petit, le Grand Est affaiblira l’identité alsacienne, pour la substituer par une identité factice imposée d’en haut.

Nous refusons cette tentative d’usurpation d’identité. Face à ce danger, nous considérons que l’avenir de l’Alsace passe obligatoirement par une sortie du Grand Est. C’est également une condition nécessaire à tout projet ambitieux pour la nouvelle collectivité territoriale envisagée par les conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.