Mois: juillet 2019

Le combat continue !

Réuni en Assemblée générale le 10 juillet à Strasbourg, le Club Perspectives Alsaciennes s’est réjoui de l’impact de son travail en faveur d’une Alsace nouvelle. Ses prises de position ont été largement relayées et ont eu un impact fort chez les acteurs du débat démocratique.

Avec d’autres associations et centres de réflexion, il a joué un rôle déterminant pour mettre l’Alsace au centre de l’actualité nationale (notamment grâce aux sondages IFOP réalisés en février 2018 et 2019 largement commentés dans la presse).

S’agissant de la création de la Collectivité européenne d’Alsace, le CPA a toujours plaidé en faveur de la fusion pleine et entière des deux départements; leur unification renforcera l’identité alsacienne et aura un effet positif sur la « conscience civique » de la population. Il est important que cette fusion soit effectuée en tenant compte des attentes des Alsaciens.

Néanmoins le CPA ne peut pas se satisfaire de ce premier résultat: avec la CeA, le Grand Est ne sera pas viable et seul son démembrement répondra aux attentes des Alsaciens (mais aussi d’une part croissante des Lorrains et des Champenois).

Le CPA appelle les élus, et en particulier les parlementaires, à oeuvrer en faveur d’une décentralisation « différenciée » répondant à la diversité des territoires; cette réforme est cruciale pour une gouvernance respectant le principe de subsidiarité et rendant confiance à la population après les événements des derniers mois. 

Le CPA ne se satisfait pas de promesses et de belles paroles. Il met en garde contre la tentation du  renoncement, que certains veulent populariser sous le nom de « compromis ». Face au jacobinisme, la méfiance est la seule garantie pour ne pas être une nouvelle fois trahi ! Pour sortir du Grand Est, une bataille est gagnée, mais le combat continue…

Grand Est, mais où sont les économies ?

Alors que le Grand Est annonce des économies mirobolantes (1 milliard d’euros en 5 ans selon Philippe Richert et Jean Rottner), la réalité des comptes montre des choses bien différentes…

Notre analyse du budget 2018 du Grand Est vient d’être publiée par Les Echos. On y découvre que contrairement aux promesses, les charges de personnel tout comme les charges à caractère général augmentent.

En conséquence, les fonds disponibles pour l’investissement sont en fort recul, obligeant la région à réduire ses investissements de près de 40 millions d’euros par rapport aux prévisions. Il apparait de plus en plus clairement que les surcouts liés à la fusion des régions fait du tort à l’Alsace et à ses voisins, réduisant des investissements qui auraient été réalisables si on était resté dans le cadre des trois régions.

L’Assemblée nationale a lancé une mission d’évaluation de la loi NOTRe, qui doit rendre ses conclusion en octobre. Serait-ce enfin l’occasion de dresser un premier bilan des nouvelles grandes régions technocratiques, et d’envisager le retour à un découpage régionalplus cohérent ?