Pourquoi il faut revenir à la région Alsace

Pierre Peter Meyer, ancien directeur des relations internationales au Conseil Régional d’Alsace. 4 juillet 2017.

photomeyerTout ce qui touche à l’Alsace est international par essence, tant au plan historique que géographique et culturel. Ceci est particulièrement évident au niveau du Rhin Supérieur (Suisse du NW, Pays de Bade, Palatinat du Sud, et… L’Alsace).

En prenant en compte l’environnement, les transports et communications, la formation et la culture et les questions de développement en général doivent s’inscrire dans l’espace naturel situé entre les Vosges, la Forêt Noire et le Jura, espace coupé par 4 frontières (française, allemande, suisse et européenne). Il est vital pour les autorités nationales françaises de donner aux territoires frontaliers des compétences et des moyens, afin d’assurer un développement optimal. On peut notamment penser aux trois domaines suivants :

  1. Le bassin du Rhin supérieur : le fleuve représente un fournisseur considérable d’énergie hydraulique « propre », il offre un potentiel en eau indispensable tant à l’urbanisation qu’au développement agricole. Ceci est également valable pour la nappe phréatique rhénane pour sa masse et pour la qualité de l’eau.
  2. Les transports et communications : le problème N°1 semble être l’énorme trafic de poids lourds qui passe par l’Alsace, essentiellement parce que l’autoroute A5 au Pays de Bade est à péage, tandis que l’A35 est gratuite en Alsace. Les véhicules qui l’utilisent tous les jours passent des heures dans les embouteillages (temps perdu, pollution importante).
  3. La culture et la formation : il faut donner à notre territoire et aux habitants les formations en langue allemande et dans un cadre s’inspirant des formations duales, qui reposent tant sur les formations théoriques que pratiques en entreprise. Il faut savoir que l’apprentissage est très performant chez les voisins, il n’est pas considéré, comme trop souvent dans notre pays, comme une voie de qualité pas très satisfaisante.

Il est essentiel aujourd’hui de donner aux collectivités françaises, des compétences qui leur permettent d’agir en direct avec les collectivités étrangères voisines s’inscrivant dans un système fédéral (Suisse et Allemagne).

Le gouvernement français doit comprendre une fois pour toute que l’Europe a apporté à des territoires marqués par les violences meurtrières des conflits qui se sont succédés depuis des siècles, et pour la première fois plus de 70 ans de paix. Cette entente franco-allemande doit être mise à profit par une coopération renforcée.

Le Conseil régional d’Alsace, présidé en 2008 par M. Adrien ZELLER avait organisé le 11 janvier 2008 un Congrès tripartite dont l’objectif premier était la mise en place d’un GECT (Groupement européen de coopération territoriale) qui aurait pris en charge la gestion et les opérations de développement. Ceci en lien avec les autorités nationales et communautaires puisque, de plus, l’espace Rhin supérieur bénéficiait et bénéficie toujours du Programme INTERREG dont l’objectif est de cofinancer les projets de coopération transfrontalière. La disparition du Président ZELLER en 2009 et les changements politiques à Stuttgart ont malheureusement bloqué le processus. Il est temps de le réactiver.

Pour cela, la France a intérêt à revoir totalement la répartition des compétences, notamment pour tout ce qui est lié aux régions qui sont au contact direct avec de pays dont le développement est favorable. L’Alsace a besoin de compétences et de moyens nouveaux, ceci dans l’intérêt général de la France.

Seule la Région ALSACE est en mesure de prendre cette mission en charge. Il est nécessaire de sortir du Grand Est, pour créer une nouvelle collectivité territoriale associant les fonctions départementales et régionales. Une nouvelle réforme territoriale aurait le soutien de la population, car ainsi notre territoire jouerait pleinement le rôle de tête de pont de la France en direction de l’Europe médiane.

Publicités